Nous vous proposons ci-dessous, une sélection de documents (ouvrages, revues, outils) sur la prise de risques à l’adolescence.


Ouvrages :

Adolescence et conduites à risque

Les conduites à risque sont des manières ambivalentes de lancer un appel aux plus proches, à ceux qui comptent. Elles témoignent de la résistance active du jeune et de ses tentatives de se remettre au monde. En dépit des souffrances qu’elles entraînent, elles possèdent un versant positif, elles favorisent la prise d’autonomie du jeune, la recherche de ses marques, elles sont un moyen de se construire une identité. Elles n’en sont pas moins douloureuses dans leurs conséquences à travers les blessures ou les morts qu’elles entraînent. Mais la souffrance est en amont, perpétuée par une conjonction complexe entre une société, une structure familiale, une histoire de vie.
Ces épreuves que les jeunes s’infligent répondent à cette nécessité intérieure de s’arracher à soi-même et de renaître meilleur. Ce sont des rites intimes, privés, autoréférentiels, insus, détachés de toute croyance et tournant le dos à une société qui cherche à les prévenir.

LE BRETON David : Yapaka.be, collection Temps d’arrêt/lectures, 2014, 57 p.

En accès direct et gratuit sur le site Internet de Yapaka.be

Adolescence et prise de risques

La prise de risques à l’adolescence fait partie de la construction de soi. Elle permet d’expérimenter le rapport à la réalité, à soi et aux autres. Mais le pari est souvent trop périlleux et peut conduire à des addictions, des comportements suicidaires ou des passages à l’acte parfois fatals. Les auteurs s’adressent à tous ceux qui sont amenés à côtoyer des adolescents – psychologues, enseignants, éducateurs, parents et les aident à prévenir certaines conduites sans interdire ces expériences nécessaires au passage à l’âge adulte.

BIRRAUX Annie ; LAURU Didier : Albin Michel, 2010, 240 p.

Adolescence et risques

Si l’adolescence rime avec la prise de risques, il arrive que la mise en danger de soi prime sur la recherche de plaisir. Face à ces “auto-sabotages”, pas toujours flagrants, les parents ressentent inquiétude, colère et impuissance, et il n’est pas rare que ces réactions soient partagées par les professionnels eux-mêmes, notamment du champ éducatif.
Ces constats appellent une réflexion ouverte et tenace.
D’abord, il est essentiel de mieux connaître, à côté des prises de risques “démonstratives”, celles qui sont marquées par le retrait : le défaut d’existence.
Ensuite, il est utile de se familiariser avec les ressorts psychodynamiques des prises de risques qui, lorsqu’un jeune est “accroc” à la mise en danger, excèdent les manifestations de la crise adolescente “normale” et s’articulent avec des histoires familiales marquées par la honte et les secrets douloureux. Enfin, il apparaît que prendre soin des adolescents qui se fourvoient dans le risque et de leurs proches nécessite de prendre également soin des professionnels qui sont en charge des uns et des autres.

HACHET Pascal : Yapaka.be, collection Temps d’arrêt/lectures, 2009, 59 p.

En accès direct et gratuit sur le site Internet de Yapaka.be

Adolescents et conduites à risque

Alcoolisation, drogues, fugues, violences… Les conduites à risque des adolescents sont des pratiques sociales paradoxales d’affirmation de soi et de socialisation. C’est l’expression d’une souffrance et de la nécessité intérieure de se confronter au monde pour se défaire du mal de vivre et poser les limites indispensables au déploiement de leur existence.
Dans cet ouvrage des psychologues et sociologues proposent des éléments de réflexion sur la compréhension de la prévention et de l’écoute clinique des conduites à risque des adolescents. L’objectif étant de fournir une théorisation des pratiques tenant compte du fonctionnement psychologique des adolescents, des enjeux sociologiques de la jeunesse et de la souffrance psychique.

DESSET Patrick ; DE LA VAISSIERE Hélène : Editions ASH, 2007, 268 p.

Disponible en prêt à l’Espace Santé Social

Les adolescents face aux images trash sur internet

Tous les jours, les adolescents sont confrontés à une multitude d’images via internet et les réseaux sociaux. Images sexuelles, haineuses, violentes… Quel est l’impact de cette exposition quotidienne sur leur construction psychique, identitaire et relationnelle ? Ces images changent-elles leur approche du monde et de l’autre ?

À partir d’une enquête menée auprès de 200 adolescents, les auteurs montrent que, face aux chocs de ces images, les adolescents développent une grande diversité de stratégies : évitement, adhésion, indifférence, autonomie… À travers la consultation et le partage des images trash, que nous disent les adolescents de leurs désirs de reconnaissance et d’expérimentation ? Quelles sont les conséquences de leur immersion dans un monde d’images non régulées en termes d’emprise, de radicalisation, d’aliénation ou, au contraire, d’émancipation ?

Comment accompagner les adolescents dans leurs pratiques numériques en soulignant l’importance d’une éducation aux images numériques portée par les adultes, qu’ils soient enseignants, thérapeutes, travailleurs sociaux, parents ? Ce livre ouvre des pistes de réflexion et d’action. Un ouvrage au cœur des questionnements contemporains.

Sous la direction de JEHEL Sophie et de GOZLAN Angélique : Éditions In Press, collection Ouvertures Psy, 2019, 288 p.

Cerveau en construction : Pourquoi les ados ne raisonnent pas comme nous

L’objectif de cet ouvrage est de comprendre le comportement des adolescents en se fondant sur les connaissances actuelles des neurosciences. Il est une passerelle tendue entre les récentes découvertes de la recherche sur le cerveau de l’adolescent et l’éternelle et délicate mission parentale. Grâce au développement de l’imagerie cérébrale, nous savons beaucoup de choses sur le cerveau que nous ignorions il y a encore dix ans. L’auteur décrit tout d’abord les changements intervenant dans le cerveau au moment de la puberté mais aussi tout au long de l’adolescence, notamment l’abondante production de connexions neuronales. Celle-ci a, entre autres conséquences, non seulement une augmentation des capacités de mémorisation, mais également des capacités de communication, différentes de celles des adultes. De plus, les ados, contrairement aux adultes, sont sous la dépendance émotionnelle de l’amygdale, d’où des réactions impulsives, des volteface subites, des tensions et des bagarres inévitables. Les parents doivent donc adapter leur style d’éducation en fonction des besoins réels des adolescents, et avant tout accepter les changements de comportement de leurs enfants, dont le cerveau n’a pas la même maturité physiologique que le leur. L’auteur passe ainsi en revue les différents aspects de la vie d’un adolescent, donnant, pour chaque sujet, des informations scientifiques précises, des témoignages et des conseils psychologiques.

FEINSTEIN Sheryl : Fabert, 2010, 167 p.

Les comportements à risque des ados sur Internet : comprendre, éduquer, protéger

En s’appuyant sur huit récits de jeunes, garçons et filles, l’auteur interroge les pratiques numériques des adolescents en évoquant les questions qu’ils se posent, les rencontres, les agressions ou les hameçonnages dont ils sont victimes. Ensuite, à partir de ces cas concrets, il analyse les processus, explique les concepts en jeu et nous propose de comprendre les spécificités du cybermonde qui fait de notre jeunesse une jeunesse en danger numérique.
Enfin, il propose des actions concrètes, pédagogiques et réalisables par tous – parents, éducateurs, enseignants – pour prévenir ces risques et, surtout, pour construire une citoyenneté numérique humaine et engagée. Cette partie, sous forme de guide pédagogique, est opérationnelle et accessible à tous.

ALAVA Séraphin : Editions La Boîte à Pandore, 2018, 130 p.

Disponible en prêt à l’Espace Santé Social

L’épreuve de l’adolescence : ou le chemin étroit vers la liberté intérieure

Partant de sa longue expérience de thérapeute et de mère, Jeanne Meijs traite ici des questions, problèmes et difficultés auxquels nous confrontent la puberté et l’adolescence.
Elle aborde des thèmes comme les rapports à l’argent, les loisirs, l’ennui, l’école et les premiers pas dans l’univers professionnel, ainsi que la rencontre avec la sexualité.
Et puis, bien sûr, les questions décisives : comment les parents peuvent-ils aider leur enfant dans cette phase éprouvante de la vie ? Comment garder un contact même lors des périodes de crise ?
Un livre, à la fois pratique et chaleureux, rempli de conseils, qui nous aide d’abord à penser et à progresser.

MEIJS Jeanne ; traduction de MONIOT Stéphanie et BURLOTTE Raymond : Aethera, 2008, 269 p.

Le goût du risque à l’adolescence : le comprendre et l’accompagner

Parce que qui ne risque rien n’a rien, les ados veulent explorer le monde, tester leurs limites, se mettre à l’épreuve. Ils ont besoin de jouer à se faire peur, rechercher les sensations fortes, s’exposer à un danger pour se prouver qu’ils sont capables, et le faire reconnaître par leurs pairs afin de se singulariser et être populaires… A la prudence que leur recommandent les adultes, ils opposent l’audace.
Xavier Pommereau explore ces enjeux à la lumière des risques d’aujourd’hui : le numérique et les écrans, les drogues, la sexualité et les rencontres (virtuelles ou réelles), les évitements phobiques… Mais aussi la peau comme surface de projection, le registre alimentaire et ses excès, ou encore, depuis peu, l’appel des sirènes du djihad…
Il explique aux parents et aux adultes comment décoder le comportement des ados et, sans être constamment sur leur dos, les laisser prendre des risques en assurant un cadre suffisant et en misant sur le dialogue. Il leur donne des clés, car prévenir vaut toujours mieux que guérir, afin d’accompagner cette belle aventure que peut être l’adolescence.

POMMEREAU XAVIER : Albin Michel, 2016, 255 p.

Disponible en prêt à l’Espace Santé Social

Jeux vidéo, alcool, cannabis : prévenir et accompagner son adolescent

Moment charnière entre l’enfance et l’âge adulte, l’adolescence est cette période de la vie où un jeune acquiert son indépendance. Cette quête d’autonomie, qui n’est pas un choix mais une nécessité, passe par des essais et des prises de risque. Les parents peuvent se sentir désarmés, avoir l’impression qu’ils ne sont plus écoutés, que leur adolescent échappe à tout contrôle. Pourtant, ils doivent l’accompagner au mieux pour lui permettre de vivre et de savourer les expériences de son âge, sans perte de chance pour son avenir. Essayer le cannabis ne conduit pas inéluctablement à la toxicomanie. En revanche, fumer pour gérer ses émotions constitue une consommation à risque. De même que jouer est indispensable à l’homme, trouver dans les jeux vidéo un moyen de fuir la réalité pose un vrai problème. Enfin, la fête et l’alcool font très bon ménage, sauf lorsqu’ils transforment la prise de risque en une réelle mise en danger. Quand un adolescent a une conduite problématique, le ramener à la raison n’est pas chose facile. Son cerveau, encore en développement, privilégie l’émotionnel au rationnel. Face à cette réalité, ce sont des liens de confiance, solides et stables, qui vont permettre aux parents d’accompagner leur enfant. Faire confiance à son adolescent et à ses compétences de parents est un élément clé pour l’épanouissement de tous. Dans cet ouvrage, des spécialistes proposent un autre regard sur l’adolescence et préconisent des attitudes parentales issues de leur pratique clinique auprès de familles d’adolescents.

PHAN Olivier ; BONNAIRE Céline ; HAR Alexandre : Solar éditions, 2018, 356 p.

Disponible en prêt à l’Espace Santé Social

Médecine et santé de l’adolescent : pour une approche globale et interdisciplinaire

Médecine et Santé de l’Adolescent est un ouvrage de référence qui aborde les problématiques médicales somatiques psychologiques et psychiatriques sociales et culturelles de l’adolescent.
Il s’adresse à tous les professionnels des équipes médicales et soignantes mais aussi à ceux accompagnant les adolescents dans différents contextes (Aide Sociale à l’Enfance Protection Judiciaire de la Jeunesse) milieux sociaux et médico-sociaux Éducation nationale Justice associations. Il leur fournit des repères en vue de construire une culture commune et promou-voir un accompagnement interdisciplinaire.
Il dresse un panorama complet de la médecine et santé de l’adolescent. Après avoir posé le contexte spécifique de l’adolescence il traite :

  • des troubles psychologiques et psychiatriques ;
  • des maladies chroniques ;
  • de la prise en charge de pathologies émergentes telles les dépendances aux écrans et aux réseaux sociaux ;
  • de l’éducation thérapeutique de la période de transition vers l’âge adulte ;
  • de l’abord nouveau des conduites à risque des addictions ou encore des traumatismes.

Les nouveaux défis – l’influence des choix politiques sur les consommations (dépénalisation du cannabis) la radicalisation l’interculturalité la place de la prévention – sont aussi abordés.
Plus d’une centaine de professionnels spécialistes de l’adolescence répondent dans ce livre aux enjeux et défis d’aujourd’hui pour d’autant mieux se comprendre et travailler ensemble.

DUVERGER Philippe ; BOUDAILLIEZ Bernard ; GERARDIN Priscille : Elsevier Masson, 2019, 504 p.


Revues :

Des actions élargies de prévention des consommations à risques des jeunes

Au lycée, l’élève peut développer une consommation à risque (alcool, tabac), facteur de déscolarisation. Des actions communes de prévention élargies à toutes les structures travaillant auprès des jeunes a vu le jour à Goussainville et Garges-lès-Gonesse (Val-d’Oise). Des adultes référents coaniment ainsi des ateliers d’information avec des jeunes du conseil de vie lycéenne.

LE BELLEC Sabine ; HMIDA Amelle ; PEZIERE Nadine ; AOUIDEF Amanda ; HEUDEBERT Céline  : in LA REVUE DE SANTÉ SCOLAIRE ET UNIVERSITAIRE n°49, 2018/01-02, pp. 31-32

Disponible en prêt à l’Espace Santé Social

Les adolescents face aux violences numériques : entre adhésion et résistance aux logiques de violence

La circulation des images violentes est favorisée par les stratégies des plateformes numériques visant l’ « addiction » à leurs dispositifs et la circulation des affects : elle stimule les interactions, permettant la collecte de données personnelles par leurs algorithmes. Faire face aux violences numériques requiert pour les adolescents un double travail auquel se consacre cet article : conjointement au « travail du clic » que représentent les activités de partage, de recommandations, de commentaires qu’elles suscitent, s’ajoute un travail en profondeur sur les émotions ressenties face aux images violentes, sexuelles et haineuses, et leur expression sur les plateformes. Le travail émotionnel des adolescents consiste à gérer les écarts entre les différentes règles de sentiment auxquels ils se réfèrent, celles de la plateforme, celles des pairs, celles des parents. Ils ne sont pas dotés également des capacités pour accomplir ce travail et construire des postures autonomes, résistant aux logiques de violence qui affectent leurs circulations numériques. Certains développent des attitudes d’adhésion aux logiques de violence et perdent la capacité à écouter leurs propres sentiments, à protéger leur subjectivité. L’instrumentalisation commerciale des émotions comprend un risque de réification auquel les adolescents sont particulièrement exposés et qui renforce le cycle des violences numériques. L’article s’appuie notamment sur une enquête qualitative menée auprès de 200 adolescents de milieux sociaux et scolaires différenciés entre 2015 et 2017 par entretiens semi-directifs.

JEHEL Sophie : in TERMINAL [En ligne] n°123, 2018, 13 p.

En consultation sur OpenEdition

Conduites à risque à l’adolescence : manifestations typiques de construction de l’identité ?

Dans nos sociétés contemporaines, il ne se passe presque pas un jour sans que les médias n’évoquent les comportements antisociaux ou les conduites à risque des adolescents (p. ex. alcoolisation massive, consommation de substances psychoactives, délinquance, sports extrêmes, etc.). Si l’on examine les représentations de l’adolescence véhiculées par ces médias (p. ex. Frau-Meigs, Drouet, Allanic, & Jehel, 2003 ; Wells, 2004), les jeunes héritent, en effet, très souvent d’une image paradoxale doublement négative – ils seraient à la fois dangereux pour la société et en danger – ce qui contribue à renforcer l’idée selon laquelle l’adolescence serait une période développementale particulièrement difficile et perturbée (Goldson, 2011 ; Muncie, 2004). Selon Cohen et Ainley (2000), la jeunesse porterait donc en quelque sorte le fardeau d’une représentation particulière et serait l’objet de toutes les attentions. En effet, « tout ce qu’ils font, disent, pensent ou ressentent est examiné minutieusement…

ZIMMERMANN Grégoire, BARBOSA CARVALHOSA Marlène, SZNITMAN Gillian Albert, et all. : in ENFANCE n°2, 2017, pp. 239-261

En consultation sur CAIRN

Le risque, au bénéfice du danger

La perception du risque comprend une dimension sociale qui rend sa prévention complexe. Les individus sont exposés au risque de manière inégalitaire, les plus jeunes étant notamment les plus concernés.
Mieux accompagner l’individu dans sa prise de risque est essentiel.
Cela suppose de connaître les faces qui la composent.

ASSAILLY Jean-Pascal : in Revue SOINS n°832, 2019/02, pp. 16-19

Disponible en prêt à l’Espace Santé Social

Sociologie, psychanalyse et conduites à risque des jeunes

Longtemps les conduites à risque des jeunes sont restées le monopole des sciences psychologiques, en particulier de la psychanalyse. Une démarche anthropologique peut mener à son terme une analyse à ce propos dans la rigueur de son développement ; la seule exigence étant de ne pas déborder vers une épistémologie autre ni d’emprunter des concepts à la boîte à outils d’une autre discipline sans en connaître la portée. Les conduites à risque sont des rites privés qui n’impliquent que celui ou celle qui les met en œuvre. Plusieurs anthropo-logiques sont perceptibles : par exemple l’ordalie, le sacrifice, la blancheur. Le retranchement d’une part de soi est un gage pour ne pas se perdre. Le sacrifice procure de la puissance sans la médiation tangible d’un autre, d’un Dieu ou des dieux ; la circulation de l’énergie va de soi à soi. La réciprocité de donner, recevoir, rendre, s’exerce au sein d’une même existence d’homme en quête d’un renoncement et de la quête d’une autre version de soi.

LE BRETON David : in REVUE DU MAUSS n°37, 2011, pp. 365-384

En consultation gratuite sur CAIRN


Outils :

Adolescences

Vidéo

Fruit d’un partenariat entre l’ANPAA Oise et le lycée Professionnel Jules Verne de Grandvilliers, cet outil pédagogique constitué de près d’une cinquantaine de vidéos (interviews, témoignages, fictions, etc.) accompagnées de pistes d’exploitation aborde de nombreuses préoccupations relatives à la période de l’adolescence. Il permet d’évoquer la question des conduites addictives en s’intéressant à l’adolescence de manière globale dans une approche positive de la santé.
L’ensemble pédagogique se veut ainsi être un outil de promotion de la santé permettant d’aborder différentes thématiques questionnées par l’adolescence : Être adolescent, être en lycée professionnel, être interne, les relations parents-adolescents, la clope, le cannabis, l’alcool, les écrans, l’amour et la sexualité, le bonheur.
Globalement, les objectifs annoncés sont les suivants :
• Amener les adolescents, les adultes (professionnels et/ou parents d’adolescents) à réfléchir, à verbaliser leurs représentations, à débattre et réagir suite au visionnage de certaines de ces interviews/scénarios.
• Apporter des repères et des éléments théoriques pour mieux cerner les enjeux et comprendre chacune des thématiques qui gravitent autour de l’adolescence (conduites addictives, les écrans, l’amour et la sexualité …).
• Faire prendre conscience aux parents, aux professionnels et aux adolescents que chacun a sa propre représentation de ce qu’est l’adolescence et qu’elle n’est pas forcément synonyme de crise, de turbulences, de violence, de problèmes, de conflits malgré certains préjugés.
• Montrer aux ados et aux parents qu’être parent n’est pas forcément inné, acquis, facile…
• Rassurer et accompagner au mieux les parents dans leurs rôles et de les aider à avoir confiance en eux et en leurs adolescents (dans l’affirmation de leurs positionnements, les aider à faire le tri entre les principes fondamentaux et les conseils divulgués dans les médias).

ANPAA (Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie) Oise ; Lycée Professionnel Jules Verne : 2016

Le coffret contient :
– DVD 1 : “Surfer entre plaisirs et prises de risques : Adolescences”, 82 min.
– DVD 2 : “Regards croisés sur l’adolescence”, 119 min.
– 1 livret d’accompagnement de 17 p. + 1 fiche d’animation et 1 fiche d’évaluation
URL du diffuseur : http://adolescences.fr/page-accueil/

Disponible en prêt à l’Espace Santé Social

Photolangage® : jeunes, prises de risques et conduites addictives : des expériences à comprendre pour se construire

Photo-expression

Ce Photolangage® est un outil d’éducation pour la santé à utiliser avec des groupes d’adolescents et de jeunes et mettant en œuvre une approche expérientielle. Le sous-titre, « Des expériences à comprendre pour se construire », vient souligner que ce dossier part de l’hypothèse qu’un travail organisé de réflexion et de discussion en groupe sur leurs prises de risques et expériences est indispensable pour permettre aux jeunes de se construire des repères et de faire des choix éclairés. C’est pourquoi aussi il est apparu utile d’engager la réflexion dans le cadre des approches expérientielles donnant toute sa place au vécu et au jugement des personnes, à l’écoute bienveillante favorisant la construction identitaire des adolescents.
Un outil pour aider les personnes à comprendre leur quête de bonheur. Le véritable intérêt pour la méthode Photolangage® vient des possibilités de réflexion, de prise de conscience, d’expression et d’écoute qu’elle facilite et organise. C’est en effet une méthode puissante, qui permet d’engager un travail personnel sur les représentations et qui peut susciter des réactions et des émotions intenses voire intimes. Cette méthode requiert des préalables : disposer de supports photographiques riches de sens et ouverts à des interprétations multiples, un animateur au clair sur les objectifs qu’il poursuit et sur leur intérêt pour le groupe, expérimenté en animation de groupe…

BELISLE Claire ; DOUILLER Alain, Chronique sociale : Savoir communiquer, 2016, 96 p.

Caractéristiques : 1 dossier de 96 p. + 48 photographies couleur 24 x 16 cm

Disponible en prêt à l’Espace Santé Social

 

Trésor de parents : Quand les parents réfléchissent aux prises de risques de leurs adolescents

Jeu

Un outil d’animation destiné aux parents pour les aider à situer leur place et leur rôle dans la prévention des conduites à risques auprès de leur adolescent et/ou pré-adolescent dans une démarche éducative globale. Trésor de parents est un jeu coopératif destiné à animer des groupes de parents de pré-adolescents et d’adolescents. A partir d’une vision positive et non moralisatrice, il s’agit de s’appuyer sur les ressources et les compétences des parents, de les aider à exprimer leurs ressentis, leurs points de vue, leurs façons de réagir… Des cartes “situation”, des dessins humoristiques, des quizz, des cartes “petits réussites et grandes victoires” permettent aux parents de répondre à des situations ancrées dans le vécu quotidien. L’objectif est d’aider les parents à : – Aborder plus facilement les prises de risques avec leur adolescent – Situer les prises de risques dans le processus de développement de l’adolescent – Faire émerger leurs réussites, leurs compétences et celles de leur adolescent – Créer les conditions d’un dialogue avec leur adolescent Trouver un style éducatif adapté aux besoins et difficultés de l’adolescent – Reconnaître, identifier les prises de risques problématiques et celles qui ne le sont pas – Etre en capacité de solliciter de l’aide en cas de difficultés relationnelles ou de prises de risques spécifiques. Thématiques abordées: – Alcool – Tabac – Cannabis – Ecrans – Jeux de hasard et d’argent – Comportement alimentaire – Médicaments psychotropes – Vie affective et sexuelle – Autres prises de risques et polyconsommation – Parentalité – ressources.

APPERE Eric ; GADEYNE Sylvie ; VADUREL Virginie ; HESPEL Eloise : ANPAA (Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie), Hauts-de-France, 2017

1 plateau de jeu (45×45 cm) – 1 sac – 20 boules – 70 cartes “Situation” – 25 cartes “Dessin humoristique – 70 cartes “Quizz” – 20 cartes “Petites réussites et grandes victoires – 25 planches de dessin – Des clés “Piliers de la parentalité” – 1 carte “A la place de” – 1 pion – 1 coffre aux trésors en bois – 100 magnets “Fondements de de la parentalité” – 1 livret de l’animateur de 57 p. – Nombre de joueurs : 6 à 15 – URL du diffuseur : http://www.anpaa5962.org/page-0-323-0-1.html

Disponible en prêt à l’Espace Santé Social